Chant de Médecine

1. De l’hôpital’ vieille pratique,
Ma maîtresse est une putain
Dont le vagin syphilitique
Infeste le Quartier Latin.
Mais moi, vieux pilier de l’Ecole,
Je l’aime à cause de son mal,
Oui de son mal!
Nous somm’s unis par la vérole
Mieux que par un lien conjugal (ter).

2. Nous transformons en pharmacie
Les lieux sacrés de nos amours:
La valériane et la charpie
S’y manipulent tour à tour.
Tandis qu’avec de l’iodure,
Ma femm’ me fait des injections,
Des injections!
Avec du chlorur’ de mercure,
Moi je lui fais des frictions (ter).

3. Ses cuiss’s ont des reflets verdâtres,
Ses seins sont flasques et flétris,
Dans son con les morpions jaunâtres
Sur le fumier ont leur logis.
Mais moi, j’aime mon amante
Et je voudrais jusqu’à demain,
Jusqu’à demain:
Lécher de mes lèvres brûlantes
Le foutre de son vieux vagin (ter).

4. Et quand viendra l’heure dernière,
Quand nous s’rons mangés des morpions,
Unis dans un dernier ulcère
Ad patres gaiement nous irons.
Nous adress’rons une supplique
Afin qu’nous soyons exposés,
Oui exposés!
Dans un musée pathologique
À la section des vérolés (ter).

Cri de Médecine

Et ric et rac
On va squetter l’baraque
Et rac et ric
On va squetter l’boutique
Chahuter pour chahuter
C’est nous le CM (bis)
Chahuter pour chahuter
C’est nous le CM
A poil (Ad libitum)